First Position: Un Documentaire de Ballet

Photo First Position

Par Juliana Araújo

First Position est un documentaire qui montre l’en coulisses du Youth America Grand Prix (YAGP), l’une des plus grandes compétitions de ballet du monde, où le prix principal est une bourse d’étude à l’école du choix du vainqueur. D’environ 90 minutes   l’équipe de tournage peint les difficultés physiques, émotionnelles et financiers des participants. Pendant les tournages, la réalisatrice Bess Kargman a suivi six jeunes danseurs de diverses nationalités entre 9 et 19 ans y compris des entretiens avec des parents, des professeurs de ballet et des chorégraphes.

Le documentaire peint le parcours des participants d’YAGP qui aspiraient rejoindre la compagnie de leurs rèves. La competition est une seule occasion pour les jeunes danseurs entrer dans la profession et un jour, peut être  devenir célèbres. Pendant un entretien donnés sur le documentaire, Larissa Saveliev, l’un des fondatrices du concours  raconte qui au debut, elle voyageait dans les Étas Unis, en rechercher des jeunes talents, pour les encourager a réussir leurs carrière. Bess a dit que la carrière n’est pas aussi fascinante  ce qu’on voit sur scène, parce que la bataille constante pour réussir techniquement et acquérir des grands rôles ne cesse jamais. Pourtant, les enfants qui veulent tellement suivre une formation de danseur devront  à l’âge le plus tendre  apprendre à faire face à des déceptions et des frustrations de la vie.

L’avant-première du documentaire a eu lieu le 11 septembre au 36ème Festival International du Film de Toronto et d’autres sessions sont prevues pour avoir lieu à Washington DC, New York et d’autres villes. J’espère que ce docummentaire soit disponible dans plusieurs pays et j’attend avec impatience la sortie du DVD.

Pour en savoir plus sur First Position,  cliquez sur la page du documentaire ici.

Photo via Zimbo

Voyez ci-dessus la traduction intégrale de la session de Questions et Réponses entre Bess Kargman et Brian Mckechnie publiée au site du TIFF:

L’une des plus grandes surprises à Toronto cette année au Festival International du Film de Toronto (TIFF) a été le beau et touchant documentaire de Bess Kargman First Position. Le film suit six jeunes danseurs de ballet qui se préparent pour le Youth American Grand Prix – une concurrence qui pourrait faire ou défaire leurs avenir dans le monde du ballet. La passion de Kargman pour ce thème brille et elle a fait un véritable chef-d’œuvre, à sa premiére fois comme directrice.

BM – Qu’est-ce qui vous a amené à documenter ce thème?

BK – Pendant toute mon enfance j’ai dansé le ballet. J’ai toujours eu cet amour énorme pour le ballet. Ceci est mon premier film et je savais que je devais avoir un domaine d’expertise parce que j’ai eu l’inconvénient d’être une directrice pour la première fois. Un grand nombre de sociétés de production très connues a été en lice pour faire ce film … pour obtenir un accès exclusif à la concurrence. J’ai dû essentiellement les convaincre de me choisir, moi, cette personne, et la raison pour laquelle je les ai gagné c’était à cause de cet amour que j’ai pour le ballet et cette connaissance.

BM: Etait-ce difficile de trouver des enfants à participer?

BK: Il y a 5000 enfants chaque année qui sont en concurrence, donc le nombre d’enfant était très grand. Mais j’ai eu quelques exigences. C’était très important pour moi que j’eusse beaucoup de diversité en termes de localisation géographique, status socio-économique, en termes d’amour pour la danse. Je voulais montrer la gamme de cela. Certains enfants sont absolument obsédées par le ballet et d’autres sont tout simplement pas. Je voulais vraiment montrer des âges différents, car le ballet pour un petit enfant est très différent du ballet pour un jeune de 17 ans. Je voulais les enjeux d’être différent pour chaque personnage dans le film.

BM: Combien de temps avez-vous suivi les enfants?

BK: Je les ai suivis pendant presque un an.

BM: Au cours de cette époque était-il quelque chose qui vous a surprise sur ce thème ou dans le monde du ballet?

BK: C’est cette faim et cette obsession de ballet qui va continuer à me surprendre. Comment pouvez-vous avoir 7 ans et savoir ce que vous voulez faire pour le reste de votre vie. D’autres choses qui m’a surprise sont des gens qui sont prêts à faire de leurs corps le vrai coût du ballet. J’ai dansé toute mon enfance, mais j’ai été protegée contre le choc, parce que j’était très petite. Certains tutus coûtent  US $2000  et vous les portez deux fois. C’est vraiment, vraiment choquant de voir comme le ballet peut être coûteux.

BM: Est-ce la compétition ouverte pour vous filmer là-bas?

BK: J’ai eu besoin les convaincre pourquoi je devrais être là. J’ai racontré le Conseil d’Administration pour obtenir un accès exclusif et les courtiser fut un travail d’amour. Un grand nombre de [personnes] avait tenté de le faire avant, mais je voulais les rendre une chose comme une télé-réalité et je voulais vraiment avoir un portrait complet et significatif  ce que cela signifie d’avoir un rêve à un tel jeune âge.

BM:  En étant votre prérmier film, quelle a été la plus grande leçon que vous avez appris?

BK: C’est un équilibre très délicat pour un cinéaste de savoir quand pousser et quand se retirer. Quand vous pouvez rentrer dans un vestiaire où une jeune fille pleure et ne pas se sentir comme un intrusif. C’est une question de confiance et c’était important pour moi de gagner toute la confiance des enfants. Il y avait  des moments où un peu d’entre eux étaient vraiment sincères sur leurs sentiments et je pense que ça ne aurait pas arrivé si je n’avais pas cette confiance.

BM: Comment l’entrée au TIFF vous a-t-il aidé à faire le film?

BK: Puisque je suis entrées au TIFF, mon téléphone ne dérougit pas. En ce moment les gents ´semblent ont envie d’un documentaire sans problèmes sociaux. Il y a des documentaires étonnants sur des questions très graves que se passe dans le monde, mais il y a beaucoup d’intérêt de quelque chose un peu plus légère et joyeuse. TIFF est rentrée dans les radars des gents et dans enrivon un semaine j’irai savoir si le film sera distribué dans les salles de cinéma. Les prochains jours seront intéressants pour l’avenir du cinéma et pour mon avenir aussi.

BM: Que prévoyez-vous pour suivre  First Position?

BK: J’ai quelques idées pour un film narratif  ou une émission de télévision. Je pense à prendre une année sabbatique pour travailler sur un théme   de non-documentaire et ensuite revenir faire un autre documentaire. Documentaires sont desormais mon prémier amour.

Advertisements

Leave a Reply - Deixe uma Resposta - Laissez une Réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s