Quelque chose d’essentiellement anglais

“Il y a dans mon imagination une vie éternelle à la campagne en fin de printemps, un pâturage vert éternellement ensoleillé et le bourdonnement des abeilles. Le calme statique d’un paysage de Constable de ma bien-aimée Suffolk, lumineuse et calme”  – Sir Frederick Ashton

Marianela Nuñez et Carlos Acosta via the Telegraph

Par Juliana Araújo

Pendant ce printemps, la Royal Opera House a inclus dans son programme l’inoubliable La Fille Mal Gardée. En même temps, l’Opus Arte  a montré dans les cinémas de Londres, en  diffusion en direct, la présentation de Roberta Marquez et Steven MacRae.

Bien que Dauberval a produit la première version en 1791, Sir Frederick Ashton a recréé le ballet en 1960. Malgré son titre français, l’oeuvre est un hommage à la culture anglaise. Parmi les poulets et récolte de blé, l’histoire d’amour de Lise et Colas se passe dans les régions rurales et bucoliques de Suffolk; et les décor peint à la main, nous rappelle des illustrations colorées des livres des contes pour enfants.

Le charme ajouté de ce ballet est dû aux tentatives infructueuses de la rigide Simone (la mère de Lise), de séparer le couple et le maladroit Alain, qui est littéralement balayé à partir du sol lors de la tempête qui tombe sur les danseurs de danse du mât de cocagne à la fin du premier acte.

Léger et amusant, le ballet est une déclaration d’amour de Ashton à l’Angleterre. Grâce à l’utilisation constante de rubans de satin, Ashton peut montrer son côté romantique aux public. Et ceux qui connaissent bien l’Angleterre peut clairement identifier les éléments essentiels de son folklore.

Assez populaire dans Lancashire, la danse des sabots à son origine pendant la révolution industrielle. En opérant les machineries, les ouvriers frappaient les  semelles de leurs chaussures contre le sol au rythme des machines. Et pendant les pauses ils organisaient des compétitions où les juges évaluaient le rythme e la technique des danseurs.

La danse du mât de cocagne fait partie de la tradition populaire européenne du  XVIIIe siècle, òu les danseurs faisaient un cercle autour d’un poteau décoré avec des fleurs, drapeaux et rubans. En général, les présentations se passent au printemps lors le Festival du  May Day; et à la mesure dans laquelle la danse évolue, une toile avec les ruban se forme autour du mât.

Les influences de la morris dance sont aussi évidents au deuxième acte, lorsque les paysans viennent chez Simone  et réalise une choreographie avec des  mouchoirs et bâtons. Avant la guerre civile anglaise, les gens déjà dansaient la danse morris; et en 1600,  William Kempe l’a présenté de   Londres à Norwich, pour l’événement Nine Days Wonder.

D’autres éléments de la culture populaire qu’apparaissent dans ce ballet sont  la  danse des bouteilles et le pas de deux avec un ruban de satin rose qui fini avec an beau jeu de ficelle, qui toujours attire des applaudissements du public.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, le ballet est tout simplement un délice à regarder. L’histoire d’amour scellée par les rubans de satin, avec une fin heureuse vous fait quitter le théâtre avec un sentiment de légèreté, de joie et de vouloir y retourner.

Advertisements

2 thoughts on “Quelque chose d’essentiellement anglais

Leave a Reply - Deixe uma Resposta - Laissez une Réponse

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s